spacer Dimanche 24 juin 2018 @ 22:42 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Speed  :: Animes ::  Spelunker Sensei >>
Speed Grapher (2007)
Speed Grapher   TITRE ORIGINAL : Speed Grapher
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2005
  STUDIO : [GONZO]
  GENRES : [ACTION] [FANTASTIQUE & MYTHE]
  AUTEUR : [GONZO]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 24 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
スピードグラファー
Synopsis
L'histoire commence sur un bref aperçu de ce qui semble être un petit flashback à propos du héros, photographe de son métier. Apparemment, il fut envoyé sur le terrain lors d'une guerre, là même où il "emprisonna pour la première fois une destinée humaine". Telle est la conclusion de ce passage.

Dix années ont passé depuis cette guerre qui a agrandi le fossé entre les riches et les pauvres. Quelque part dans Tokyo, un gars danse sur Le Boléro lors d'une représentation. Très déçu de sa performance, il s'en prend à une fan venue dans sa loge pour lui demander qu'il la prenne en tant qu'élève. Il va même jusqu'à briser le bras de la pauvre petite fille.

Autre part, Saiga, notre photographe, quitte le commissariat et reçoit un appel de la personne qui a payé sa caution. Cette femme semble avoir des relations pas très recommandables...

Retour à notre danseur psychopathe sur un air de Sonate au Clair de Lune. Cette fois-ci, il porte un déguisement sorti tout droit d'un comic américain avec pouvoirs spéciaux inclus ! On peut penser que le coup de fil qu'il a reçu tout à l'heure était sûrement un contrat de nettoyeur. Saiga arrive ensuite sur les lieux du carnage pour prendre des photos.

Le lendemain à l'agence dans laquelle il travaille, Saiga est chargé d'infiltrer une organisation secrète ayant peut-être un rapport avec le carnage de la veille. En effet, 5 politiciens s'opposant à une loi sur la pharmaceutique sont morts récemment.

Saiga arrive alors sans mal à pénétrer dans le lieu de réunion secrète. Cela semble être un club de riches VIP masqués dont le but est d'obtenir le "plaisir ultime".

Après une petite visite, tous sont réunis dans un endroit où une
femme qu'ils nomment Déesse tombe du ciel. Saiga la photographie alors : erreur fatale...

-ippo60-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Speed Grapher nous emmène dans un univers ou toute chose est basé sur l'argent et le pouvoir. Tout se vend, s'achète y compris une vie humaine. Dès le premier épisode, on est entouré par une atmosphère adulte très violente et sans aucun sentiment ce qui en fait une série à déconseiller au jeune public.

On prend tout de suite gout à suivre les premiers épisodes tant l'histoire est originale mais aussi très réaliste dans le sens où l'on décrit l'envers de la société actuelle. D'ailleurs, dans cette série, il y a une certaine critique du régime capitaliste en général.

Côté scénario, plus les épisodes s'enchainent, plus on en apprend sur l'environnement de Kagura (la "Déesse") ainsi que sur la particularité des Euphorias avec à chaque fois sont lot de scènes émouvantes ou choquante selon les personnages. La fin bien quelle semble prévisible dès le début, celle-ci nous tiens en haleine jusqu'au dernier moment tant la vie des personnages ne tient qu'à un fil.

En ce qui concerne les personnages, mis à part Kagura, ils sont très adultes et responsable ce qui donne pas mal de crédibilité à l'animé. Cependant, Kagura n'est pas en reste puisqu'il est très facile de s'attacher à elle. La bande son quant à elle est de bonne manufacture même si il n'y a que très peu de morceaux différents.

Par contre, bien que certains épisodes ont une trame intéressante qui font avancer l'histoire, d'autres sont franchement inutiles car faisant office de déjà vu. Par exemple, on ne compte plus les fois ou Kagura et Saïga s'échappent et se font reprendre par Suitengu.
Autre fait lassant est qu'à chaque fois que Saïga rencontre un Euphoria, cela se passe toujours de la même façon (Saïga se fait déchirer pendant 5-7 minutes puis il s'énerve et "explose" le méchant Euphoria en 2.5 secondes). Ces répétitions de scène ternissent un peu l'aspect général de l'animé, l'histoire perdant un peu de son intérêt.

Les graphismes bien qu'agréables ne sont pas assez détaillés je trouve surtout pour les yeux ce qui est fort dommage lors des scènes émouvantes surtout quant on sait que c'est le studio Gonzo qui produit.

Un anime à voir si vous aimez les animes "adultes" avec de l'action et une bonne dose de fantastique mais avec certaines répétitions scénaristique qui en ternissent un peu l'aspect général.

-Proteus-


------------- Critique 2 -------------
Speed Grapher est un anime doté d’un scénario très dense et effectivement plein de rebondissements. Nous sommes prévenus d’emblée, la série est destinée à un public averti : comme cela est si bien précisé dans la description, nous sommes ici face à un drame psychologique saupoudré de fantastique, dans lequel certaines scènes violentes sont parfois abruptes.

La trame nous conte l’histoire de Saiga, un photographe qui excelle dans son métier. Reporter de guerre (c’est ce qu’on apprend lors d’un flashback qui nous dresse l’état d’esprit du héros face à la mort), Saiga est pour le moins atypique.

Speed Grapher est pour moi une incontestable réussite. Le point fort est évidemment la richesse d’un scénario qui outre le côté fantastique, dresse un aspect au vitriol de notre société. Le roi argent peut-il tout et la fin justifie t-elle les moyens ?

Un cynisme assez présent marque de son empreinte la série, et est en phase avec une réalité qui s’avère peu glorieuse pour le monde dans lequel nous évoluons. Les épisodes sont assez rythmés et sans temps mort (même si les scènes d’actions ne sont pas toujours présentes). (On pourrait d’ailleurs faire un certain parallèle avec Darker Than Black pour le côté fantastique ainsi que pour l’ambiance et le rythme des épisodes).
Le cocktail détonnant « sexe, violence et argent » nous sont livrés sans aucun tabou, ce qui peut heurter certains et donne très clairement un ton adulte à cette série sombre et presque sans humour.

Côté personnage on est royalement servi : si l’héroïne est un peu stéréotypée en ce sens où elle est jeune, naïve et influençable, elle n’en reste pas moins attachante. Les autres sont tous « adultes » et dotés de personnalités denses.
Suitengu qui incarne le mal est dans sa logique, froid et déterminé, ce qui en fait un personnage ultra charismatique. Saiga est parfait dans l’homme pragmatique qui va recevoir un pouvoir paranormal.

Si vous recherchez une série adulte, sombre et pourvue d’un scénario riche en rebondissements alors foncez !
Le chara design n’est pas révolutionnaire mais colle parfaitement à l’ambiance générale.

L’intrigue réelle n’est pas stéréotypée et se met en place petit à petit et lorsqu’un certain répit s’installe, de nouveaux éléments viennent bouleverser la trame qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement final.
Alors souriez devant cette série de qualité et laissez vous prendre en photo par l’appareil de Saiga !

-Trisskel-
Note de la rédaction
Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

Déclic Images
Éditeur DVD
Manga Distribution
Distributeur DVD

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Références
Recherche Google : speed grapher speed grapher gonzo gonzo
Recherche Yahoo : speed grapher speed grapher gonzo gonzo

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Speed Grapher © 2005 Gonzo / GONZO

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.