spacer Lundi 21 août 2017 @ 01:09 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Bakegyamon  :: Animes ::  Bakemonogatari (spéc... >>
Bakemonogatari (2012)
Bakemonogatari   TITRE ORIGINAL : Bakemonogatari
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2009
  STUDIO : [SHAFT]
  GENRES : [AVENTURE] [FANTASTIQUE & MYTHE] [COMéDIE]
  AUTEUR : [NISIOISIN]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 15 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
化物語
Synopsis
Bakemonogatari, c'est l'histoire de Koyomi Araragi, un étudiant de troisième année qui est presque un être humain dans le sens où il fut un vampire par le passé ! L'histoire commence le jour où il voit tomber des escaliers l'une de ses camarades de classe, Hitagi Senjôgahara. Il la sauve d'une chute périlleuse, mais, à la plus grande surprise de Koyomi, celle-ci ne pèse rien (ou presque) ! Après quoi, cette dernière, d'habitude silencieuse, le menace et lui intime de garder le silence. Ce dernier refuse de rester indifférent et lui propose de l'aider à résoudre son problème.

-Marco-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Au premier abord, Bakemonogatari semble être un animé assez tordu et incompréhensible. C'est ce que je me suis dit après avoir regardé le premier épisode. Malgré cela, il a ce petit quelque chose qui t'oblige à regarder les épisodes suivants, et ce qui était au départ étrange devient un petit bijou de l'animé. Comme dit le proverbe, on ne peut pas se fier uniquement à la couverture d'un livre, ben c'est pareil avec Bakemonogatari. L'animé en lui-même est magnifique, et je ne parle pas du character design, qui surpasse de loin n'importe quel autre animé classique. Même si les histoires sont confuses à première vue, après mûre réflexion, tout colle et se forme comme un puzzle. Même si l'animé est somptueux, l'ambiance qu'il dégage à certains moments peut être chamboulée d'un épisode à l'autre par de nombreux jeux de couleurs. Si je devais dire un mot sur la réalisation, je dirais sans aucun doute que c'est tout bonnement l'œuvre d'un génie. Les génériques sortent aussi du lot : une musique magnifique pour un animé magnifique, que dire de plus ? En bref, Bakemonogatari est un animé à ne manquer, sous aucun prétexte, mais public sensible averti pour certaines scènes.

-ArrowSilver-

------------- Critique 2 -------------
Bakemonogatari est de ces mangas qui ne fera pas l'unanimité, tant il déborde d'originalité : dans l'intrigue, le scénario, la réalisation. Si toutefois vous aimez les dialogues saugrenus et une réalisation à la pointe, alors sous aucun prétexte vous ne pouvez passer à côté de cet anime.

Bakemonogatari, c'est avant tout un anime trompeur : le premier épisode commence par des scènes d'action très shônen qu'on ne retrouvera en réalité que très peu par la suite, car nous tenons plutôt un manga à parlote. De surcroît, les deux premiers épisodes magnifiques laisseront plus tard place à des épisodes un peu plus pauvres, tant sur le plan du graphisme que du scénario, pour finir en apothéose par des épisodes sublimes, fluides et passionnants. Inconstant, c'est probablement l'adjectif qui conviendrait le mieux pour Bakemonogatari : des personnages qui nous surprennent très régulièrement, des rebondissements, des apartés, des thèmes improbables (de par le caractère des personnages, mais aussi de par la nature mythique et fantastique de l'anime), une multitude de « panneaux » qui viennent casser le rythme ou l'enrichir… Et c'est de cette inconstance que Bakemonogatari tire tout son intérêt, toujours renouvelé. Bakemonogatari, c'est aussi des personnages charismatiques, féminins notamment, à qui l'on dédie des suites d'épisodes. Des caractères très trempés qui frisent la caricature et, pourtant, on tiendrait probablement la plus formidable et attachante des tsundere, la plus sauvage des nekogirls, la fille vampire loli la plus kawaii. Enfin, on retiendra de ce manga son esthétisme très travaillé : ses décors composés de superpositions et de dégradés, ses animations de qualité, le character design efficace, avec une mention spéciale pour les premiers et derniers épisodes, qui en mettent plein la vue.

À mon sens, Bakemonogatari est l'une des plus fabuleuses productions de la japanimation, et je ne saurais que trop conseiller d'endurer les quatrième, cinquième et sixième épisodes plutôt moyens, pour savourer cet anime en quinze épisodes. Et si vous avez adoré, alors vous serez ravi d'apprendre que les studios travaillent sur la préquelle et la séquelle.

-Phantafun-

------------- Critique 3 -------------
La première impression qui vient à l'esprit de n'importe quelle personne regardant cette série, c'est : « Mais c'est quoi, ce truc ?… » Parce qu'il faut bien le dire, les trois premiers épisodes sont une torture aussi bien visuelle que mentale. Visuelle à cause de changements de plan tellement rapides que l'impression rétinienne n'a même pas le temps de se faire. On verra donc des coupures, des phrases en japonais, puis un gros plan, puis un plan large… Palme d'or pour les débuts d'épisode, juste après le générique ! (Tentez de lire, si vous avez le courage.) Mentale grâce aux jeux de mots fondés sur les différents sens des kanji et autres formes de langage que seuls les Japonais peuvent comprendre, qui, au même titre que les images, se succèdent à une vitesse impressionnante, dans des dialogues qui sont parfois d'une longueur à faire peur, sans but scénaristique réel. Il faut donc être concentré pour saisir tous les détails des méchancetés que débite Hitagi ou d'un dialogue philosophique sur la qualité humaine.

Mais une fois le choc des trois premiers épisodes passés et le spectateur conscient de ce qui l'attend, on découvre ce qui se cache vraiment derrière Bakemonogatari : des histoires (monogatari) de monstres (bakemono). Le personnage principal, Koyomi, s'occupe donc de divers fantômes, esprits et autres « individualités » du genre qui touchent les personnes (des filles) qu'il croise et dont chacune est personnage-clé de l'arc qui lui est dédié : Hitagi, la tsundere (dont on est forcement sous le charme au terme des quinze épisodes), Mayoi, la gamine perdue, Suruga, la sportive… Graphiquement, le character design est à mon avis très au-dessus de la moyenne ! Les décors sont quant à eux volontairement et désespérément vides… Peut être trop, parfois, mais c'est ce qui donne, combiné aux musiques de fond, cette ambiance lugubre et glauque à laquelle on finit par s'attacher.

Petite spécialité pour les génériques de début, puisque chaque personnage, et donc chaque arc, se voit gratifié d'un générique à son image. Dans l'ensemble, ceux-ci sont corrects. J'ai lu quelque part quelqu'un affirmer que Bakemonogatari, c'était un peu comme de l'art moderne : ça ne ressemble à rien de connu, ça risque d'en rebuter quelques-uns, mais ceux qui auront l'envie ou le courage de continuer seront probablement surpris et content d'avoir persévérer !

Une sorte de petit chef-d'œuvre à voir, donc, mais la mise en scène risque d'en dissuader plusieurs de poursuivre.

-Flosh-
Note de la rédaction
Bande annonce


Les trois derniers épisodes ont été diffusés sur Internet par l'éditeur japonais.

Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

Dybex
Éditeur Blu-ray
Éditeur DVD
WAKANIM
Distributeur Web

Vidéos
Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Bakemonogatari (spécial)
Kizumonogatari III - Sang Glacial (partie 3)
Koyomimonogatari
Monogatari Series: Second Season
Nekomonogatari Noir
Nisemonogatari
Tsukimonogatari !
Références
http://www.bakemonogatari.com/
Japon
Site officiel de la série.

Recherche Google : bakemonogatari bakemonogatari nisioisin shaft
Recherche Yahoo : bakemonogatari bakemonogatari nisioisin shaft

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Bakemonogatari © 2009 NisiOisiN / SHAFT

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.