spacer Mercredi 22 septembre 2021 @ 18:51 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Georges Lucas et le Japon, un Amour Mutuel - épisode 6
Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine...

George Lucas et le Japon, un amour mutuel

Épisode VI : Le Bushidô de maître Yoda : 2ème partie






« Si aucune voie ne s'offre à toi, crée la tienne... »


En 1976, alors que Georges Lucas écrit le scénario de l'épisode IV Un Nouvel Espoir, il entreprend la conception de ce qu'il appellera Le Journal des Whills, un poème rédigé par les Jedis.



A l'origine, ce journal avait pour vocation de rattacher la galaxie Star Wars à la nôtre. L'idée fut finalement abandonnée mais le journal a quand même été mentionné à plusieurs reprises, notamment dans la novélisation du film original ainsi que dans la novélisation de l'épisode VII Le Réveil de la Force écrit par Alan Dean Foster le rendant ainsi canon.
Un verset intitulé 7:477 retient particulièrement notre attention car il peut être tout à fait considéré comme le modèle le plus élémentaire du mythe de la saga dans son ensemble :

Premièrement vient le jour
Ensuite vient la nuit
Après l'obscurité
Brille au travers de la lumière
La différence, disent-ils,
Est seulement rétablie
Par la résolution du gris
Au travers de la perception jedi
.





Chaque ligne de ce verset peut être effectivement associée à une grande étape de la saga !
Un des fondements de cette dernière, plus particulièrement instauré par la prélogie, est celui de l'arrivée d'un Élu qui rétablira l'équilibre dans la Force !



Cette notion d'équilibre peut être interprétée sous différentes formes. Tout dépend du « point de vue » sur l'opposition que l'on décide de poser entre le côté lumineux et le côté obscur.
Ce dernier, incarné par les Siths (Palpatine, Vador, Maul, etc.), peut être considéré comme un poison (reflétant les émotions négatives d'un individu telles que l'envie, la cupidité ou l'égoïsme) dont l'élimination permet d'assainir l'univers.
Le côté lumineux (compassion, justice, partage), en particulier dans la prélogie, peut prendre aussi des dérives autoritaires sous sa forme la plus pure (absolue).

Quelques théories tentent même de démontrer que les Jedis sont en définitive des individus intéressés qui pourraient incarner les véritables forces du Mal !
L'existence de ce genre de théories, que certains qualifieront de farfelues, est la preuve que la saga a réussi le pari de nuancer la frontière entre la Lumière et les Ténèbres !

Se montrer trop égoïste, c'est risquer d'oublier les autres pour assouvir ses propres désirs (Anakin) et au bout du compte d'en souffrir.
A l'inverse, se montrer trop altruiste c'est risquer de s'oublier moi-même (la raison d'être initiale du Conseil Jedi).

De ce fait, on peut considérer que cet équilibre n'est réellement atteint qu'à partir du moment où un Jedi parvient à trouver son propre équilibre intérieur entre une attitude altruiste désintéressée et une attitude égoïste passionnelle !


Star Wars : The Old Republic (jeu vidéo)


Ceci est démontré la première fois avec Luke lorsqu'il jette son sabre-laser refusant d'achever son père, malgré l'impulsion de Palpatine dans l'épisode VI Le Retour du Jedi).



Puis Vador hésite un long moment,
silencieux
(oubliez ce "Nooon" inutilement rajouté dans l'édition spéciale de 2011), alors que Palpatine torture Luke avec ses éclairs de Force, avant de le jeter dans le puits de l'Étoile de la Mort !
Cette hésitation silencieuse reflète le combat intérieur entre Vador et l'esprit du jedi Anakin, se réveillant après plus de 20 ans de sommeil !




La boucle est bouclée avec Rey qui, dans l'épisode IX : L'Ascension de Skywalker se forge son propre sabre-laser jaune à partir de son bâton (naginata) qu'elle avait l'habitude d'utiliser !
Cette couleur est le plus souvent associé aux piques à double lame des Jedis Sentinelles , gardiens du temple Jedi, l'équivalent d'un vigile que l'on aperçoit notamment lors de l'audience d'Ahsoka dans le final de la saison 5 de The Clone Wars ainsi que dans Rebels.



Par contre, dans le long métrage de 2019, le sabre-laser jaune de Rey symbolise aussi bien le deuil (des personnes qu'elle a aimées et de sa personne) que l'équilibre entre son bon côté (colorisé en bleu ou vert chez les Jedis) et son mauvais côté (le rouge pour les Siths).



Autrement dit, le véritable héros apparaît lorsque celui-ci s'accepte tel qu'il est avec ses qualités et ses défauts pour prendre enfin confiance en lui, au même titre que le spectateur/lecteur qui le suit, et avancer dans la vie !
Le héros accède à cet état intermédiaire, gris, en se construisant en fonction des expériences qu'il traverse, pour qu'il exerce finalement son propre libre arbitre !





L'une des idées fondamentales de la saga est que la vérité dépend avant tout du « point de vue » que l'on porte sur elle !
Prenons le cas de Luke, dans Le retour du Jedi, celui-ci fait le choix de prendre à contre-pied l'avis tranché de son mentor Obi-Wan et de s'émanciper en s'appuyant sur sa propre conviction comme quoi il reste une part d'humanité chez son père !
Il finit par le libérer en faisant un acte de foi et met en avant qu'une conviction, qui paraît juste, mérite d'être défendue avec détermination !







Troublée est ma vision !
Picolé j'ai un peu trop !
Une douche froide, je vais prendre !

Voilà, c'est mieux !



Mais le voyage initiatique d'Anakin dans la prélogie (I - II - III) apporte une nuance en remettant justement en question "ce qui paraît juste" !
Une cause juste peut paraître tout à fait erronée ou immorale à quelqu'un d'autre !
Si Luke remet en cause avec sagesse l'enseignement qu'il a reçu au service d'une réalité, Anakin lui le fait par orgueil au service d'une illusion : sauver sa femme d'un rêve prémonitoire.
Ce dernier est le seul à remettre deux fois en question l'Ordre qu'il sert : la doctrine jedi dans l'épisode III puis l'idéologie Sith (impériale) dans l'épisode VI.


Ce nom, ne signifie plus rien pour moi.


C'est pourtant votre vrai nom, vous l'avez seulement oublié !


C'est mal connaître mes nouveaux pouvoirs !


Comme le dit Qui-Gon Jinn dans l''épisode I La menace fantôme, notre attention et nos actions déterminent notre réalité !
La différence entre Anakin, Luke et Rey dans une moindre mesure réside dans leur capacité à suivre et à respecter leur enseignement avant de s'en émanciper.



Palpatine, inspiré des dictateurs comme Hitler ou Mussolini, est persuadé de faire le "Bien" en apportant comme il affirme la "paix" et l' "ordre" dans la galaxie.

Fondant sa stratégie sur la création et la maîtrise des conflits; le diable apparaît constamment comme la solution ultime à leur résolution dans la prélogie.
Machiavélique, il parvient à créer l'illusion d'un président de la République altruiste aux yeux de tous.
Une illusion qui n'en est peut être même pas une de son « point de vue » !



Quant aux jedis, usés par une guerre dont ils ne voient pas le bout, font aussi preuve de duplicité pour aboutir à cet idéal.
Auparavant respectés et vénérés tels des dieux vivants, ils finissent logiquement par être méprisés par les citoyens, dont ils avaient juré la protection, victimes collatérales du conflit (The Clone Wars (l'ultime saison)).



Dans la série animée The Clone Wars, on nous montre quelques Séparatistes faisant la guerre à la République, non uniquement par intérêt dans les films (caricaturant les lobbies), mais par la conviction que le système est réellement corrompu !

De plus, les auteurs ne cessent d'insister sur l'importance des mondes neutres, que chaque camp essaie de courtiser pour avoir un avantage tactique, qui ne souhaitent pas amener la guerre sur leurs sols !
La duchesse Satine en est la parfaite illustration !
Dirigeante de Mandalore, ayant la guerre en horreur, elle méprise le fait que l'homme de sa vie (Obi-Wan), autrefois défenseur de la paix, se soit transformé en général militaire.




Elle se rend compte que la corruption est partout sur sa planète jusqu'à la nourriture contaminée, distribuée à ses habitants et issue du marché noir. Une fois cette affaire réglée, elle privilégiera toujours la non violence jusqu'à son dernier souffle dans la saison 5 !



La prélogie met en avant une situation beaucoup plus complexe. Il n'y a pas vraiment d'opposition franche entre deux entités concrètes.
On nous présente diverses institutions (forces armées, le Conseil des Jedi, différents peuples et politiciens) qui incarnent et défendent leur propre « point de vue » !
Des alliances se créent, d'autres se détruisent à l'image de l'alliance forcée entre Ahsoka et Dark Maul (meurtrier de Qui-Gon Jinn, maître d'Obi-Wan, et de Satine) dans The Clone Wars (l'ultime saison) ou celle de Ezra & Maul dans la troisième saison de Rebels.
Cela donne lieu à des conflits directs ou indirects !



En cela, la prélogie aide donc nettement à nuancer l'histoire de la trilogie originale (IV - V - VI), puis de la postlogie plus tard, beaucoup plus manichéenne entre d'un côté l'Empire et de l'autre, les opprimés et les rebelles !



Si Anakin tient de Lancelot pour son amour interdit, Han Solo est lui aussi une variation de la figure du chevalier errant (jusqu’aux sonorités de leurs noms). On trouve même une princesse, un chevalier noir et un château (l'Étoile Noire) faisant office de ventre de la Bête.
A l'inverse Luke prend pour modèle Perceval, rôle clé du cycle arthurien. Tous deux sont des jeunes hommes modestes au grand destin (Un Nouvel Espoir). Tous-deux rejoignent la confrérie à laquelle ils aspirent, et accompliront une quête.

La restauration de la République, la victoire sur l’empire ennemi (Saxons ou Romains selon la version), grâce à Luke à la fin de la trilogie historique (1977-1983) équivaut à celle d’Arthur, grâce au Graal trouvé par Perceval.
De même, en accomplissant son destin après avoir accepté une « épée magique », Luke est aussi une incarnation du Roi Arthur. Son mentor Obi-Wan Kenobi, qui tient le rôle du vieux sage guidant le héros, est un avatar de Merlin l'Enchanteur !



A cela s'ajoute une complexe histoire familiale, digne des grands récits chevaleresques, dont le point d'orgue se trouve, dans la trilogie originale (IV - V - VI) avec en son centre la relation Vador / Luke.
Lorsque Anakin accepte son pacte faustien dans la Revanche Des Sith, il en paie le prix fort : en échange de la puissance brute il perd son corps, son humanité, la femme qu'il a aimé (Padmé), son meilleur ami et grand-frère (Obi-Wan) ainsi qu'une vie avec son fils.
Une fois dans la machine, comme il l'affirme lui-même dans la saison 2 de Rebels que ce soit en dialoguant avec l'empereur ou en affrontant son ancienne padawan dans le temple sith de Malachor, Anakin n'est plus.
Vador se détache de tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un passé douloureux qui le mine de l'intérieur.

« Anakin Skywalker était faible, je l'ai donc détruit ! »

― Vador à Ahsoka



Les derniers résidus d'Anakin refont surface uniquement lorsque son masque est craquelé en criant le nom d'Ahsoka.

On peut interpréter ce cri - ou plutôt ce murmure - de deux manières : soit l'appel d'au-secours de l'âme d'Anakin pour inciter la jeune femme, désireuse de le venger, pour le libérer de sa haine ou bien alors un avertissement pour lui dire de s'enfuir avant que son autre lui diabolique ne la tue !



Le comics Dark Vador #24 de 2016 expose la confrontation quotidienne qui se déroule dans l'esprit du Sith quand la partie machine de son être est désactivée !
On y voit la lutte violente qui a lieu, tous les jours dans sa tête, depuis qu'il n'est plus Anakin Skywalker !




Cette haine de lui-même ne cessera de le dévorer durant toute sa vie jusqu'à être lavée par Luke dans Le Retour du Jedi.

La relation Vador / Luke est un écho à la vie personnelle de George Lucas. Son père était une figure autoritaire qui avait planifié la vie de son fils pour lui, et il désapprouvait fortement la carrière de réalisateur de George. En conséquence, les deux se sont violemment séparés.
Dark Vador (Darth Vader en version originale) est la déformation de l'appellation "Dark Father" (mauvais père)

Tout comme le père de George voulait qu'il reste dans l'entreprise familiale, Dark Vador enjoignait Luke à le rejoindre du côté obscur. Tout comme George a refusé, Luke a fait de même. Mais à la fin, ils se sont finalement réconciliés, Luke trouvant en lui-même la force de pardonner à son père et Vador celle de se racheter et se pardonner lui-même en tuant allégoriquement le mauvais père pour sauver son fils, lavant son honneur par la mort à l'image des samouraïs se faisant seppuku (via des éclairs de Force dans l'épisode VI).


Seppuku tiré de Résurrection (2001), une bande dessinée de l'univers étendu "Star Wars : Légendes" (parue avant la rachat par Disney)


La postlogie (VII - VIII - IX) reprend quasiment la même architecture que la trilogie originale et est, en un certain sens, une continuité à la prélogie.
Un système même théoriquement parfait peut s'effondrer car il dépend toujours des individus qui le constituent.
Un système, quel qu'il soit, n'est jamais qu'une histoire acceptée collectivement.
Ceci est parfaitement mis en avant dans l'épisode II : L'Attaque des ClonesAnakin critique que cette concertation entre individus n'amène pas toujours aux meilleures décisions (chose démontrée dans les comics mettant en scène Leia) et qu'il faut mettre quelqu'un de "sage" ayant valeur d'autorité à la tête du système !
Autrement dit, instaurer un système dictatorial !



La trilogie originale finit sur une note utopique, la victoire totale du Bien !
La postlogie, certes mal exécutée et incohérente en son sein à cause d'une bataille de « points de vue » pour ne pas dire d'egos entre réalisateurs (J.J. Abrams et Rian Johnson), avait un postulat réaliste intéressant à savoir que les mouvements extrémistes ne disparaissent jamais véritablement et emprunteront toujours une voie médiane pour renaître !

La situation d’ouverture du Réveil de la Force sonne donc un peu comme le crépuscule du Roi Arthur et de son glorieux royaume de Camelot tandis qu'Excalibur, ici le sabre laser des Skywalker, est récupéré par Rey (la nouvelle « Perceval » qui n'est pas directement de leur sang) au nez à la barbe de celui qui s’en prétend le légataire légitime (« Mordred » le fils incestueux d’Arthur aka Ben Solo / Kylo Ren, petit-fils de Vador) assurant la filiation du destin !






Dans la mini-série L'Ascension de Kylo Ren (The Rise of The Kylo Ren) de 2019 de Charles Soule, Kylo Ren n’est jamais tombé complètement du côté obscur. Bien que Kylo Ren se considère comme l’héritier de Dark Vador, en vérité il ne s'est pas engagé dans le Côté Obscur de la même manière que son grand-père.
Là où Anakin Skywalker a été séduit par le côté obscur, Ben Solo a plutôt été piégé par celui-ci.

The Rise of Kylo Ren révèle la présence de l’empereur Palpatine qui a hanté Ben Solo tout au long de son enfance et jusqu’à son adolescence voire depuis sa procréation dans le roman Chute de l'Empire de Chuck Wendig (2017). Il y a une scène dans laquelle Leia utilise la Force pour sentir l’enfant dans son ventre. Et prend momentanément conscience d’une présence terrifiante et malveillante qui veille sur elle. Cela n’a duré qu’un battement de cœur vite oublié.

Pour le jeune Ben Solo, l'« empereur-fantôme » fut toute sa vie un mauvais génie lui chuchotant à l’oreille. Cela correspond parfaitement aux paroles de Palpatine à Kylo Ren dans Star Wars : The Rise of Skywalker : J'ai été chacune des voix que tu as dans ta tête (imitant entre autres le timbre de Vador).



Au moment où Luke entre dans la chambre de son neveu, il est fortement induit que Palpatine a choisi de laisser glisser le masque, autorisant Luke à ressentir le mal infini du Seigneur Noir des Siths en Ben. Il n’est guère alors étonnant que Luke ait réagi d'instinct dans l'épisode VIII Les derniers Jedi en dégainant son sabre-laser !




C'est encore l’Empereur, et non Ben, qui déclenche une terrible tempête de force sur le temple Jedi pour enfoncer sa culpabilité et lui faire porter le chapeau de la mort de ses camarades, incitant celui-ci à partir en compagnie de trois autres novices qui formeront sa garde rapprochée, les Chevaliers de Ren !



Son premier véritable moment de choix semble être venu dans Star Wars 7 lorsqu’il a été confronté à son père, Han Solo. D’après la novélisation de Star Wars : The Rise of Skywalker, Palpatine voulait que la mort de Han dans Le Réveil de la Force soit similaire à un rituel d’initiation Sith dans lequel un apprenti potentiel sacrifie quelqu’un de cher pour abandonner toute conscience et se lier au Côté Obscur.

Mais Han Solo l’a saboté en acceptant pleinement d'offrir sa propre vie si cela pouvait soulager la douleur de son fils. En introduisant cet élément intrinsèque d’amour, il a rendu caduc ce parricide jetant davantage le trouble chez Ben Solo qui réimagine plus tard la conversation dans l'épisode IX après son duel à mort face à Rey sur l’épave de la deuxième Étoile de la Mort au milieu des flots déchaînés !



Un vrai mastermind du chaos ce "Papy Dark" .
Honnêtement, à la lecture de son évolution et contrairement à Vador, Ben / Kylo est dans l'ensemble émotionnellement tourmenté sans cesse tiraillé entre le Bien et le Mal, agissant comme une girouette.
Une variante du « Jedi gris » en quelque sorte car incapable, sans l'appui d'un tiers (Rey ou Palpatine), de choisir sa voie.
C'est en tout cas le constat établi dans le IXe volet alors que le VIIIe le posait en boss de fin sans retour en arrière possible.



Pour en revenir à Palpatine, en tant que joueur d'échecs, il déplace avec prudence ses pièces sur un plateau !
Il est conscient que les Siths éliminent d'autres Siths, lui-même ayant assassiné son maître Dark Plagueis dans son sommeil pour prendre sa place !

Durant l'ère de la prélogie, si il avait l'intention de tuer tous les jedis, selon Dave Filoni (directeur créatif de Lucasfilms) l'empereur n'était pas contre l'idée de recruter des utilisateurs de la Force parmi les prisonniers ou de kidnapper des enfants sensibles à la Force (propos du jeu de Star Wars Jedi : The Fallen Order et de l'épisode "Les enfants de la Force" de The Clone Wars) si cela pouvait lui servir.

A la fin de la prélogie, il y a eu des jedis tellement affectés par la Guerre des Clones qu'ils ont préféré troqué leur vie contre le Côté Obscur par dépit. Ils ne sont plus des Jedis et ils ne sont pas de véritables Siths.
On rentre à nouveau dans le cadre de cette fameuse « zone grise » !



Barriss Offee est à certains égards une exploration de cela dans The Clone Wars. Padawan (jeune élève) très éprise de justice se retournant contre les Jedis dans la saison 5, trahissant au passage son amie Ahsoka, car elle les juge responsables du chaos, de la souffrance, de la violence et de la mort qui impactent les populations civiles !

Ayant renoncé à l’espérance d’une résolution pacifique qui lui semble hors d’atteinte, elle en vient à commettre un attentat pour discréditer les jedis et les faire renoncer au conflit.
C'est à cause d'elle que plusieurs jedis vont perdre confiance dans le Conseil et préférer rejoindre le cercle des Inquisiteurs dans Rebels : des tueurs chargés de traquer et d'éliminer les Jedis ayant survécu à la Purge de l'épisode III !


Les inquisiteurs au complet


Le Cinquième Frère et la Septième Sœur de la saison 2 de Rebels



La Deuxième Sœur, anciennement connue sous le nom de Trilla Suduri, servant l'Empire après avoir été trahie par son propre maître Cere qui a révélé sa position sous la torture et qui l'a abandonnée en se coupant de la Force !
Elle est l'ennemie de Cal Kestis, héros du jeu Star Wars Jedi : Fallen Order et ancien padawan travaillant incognito dans la Guilde des Ferrailleurs !

La saga livre plusieurs leçons fondamentales comme savoir faire preuve de patience, de recul, et d'humilité en écoutant ses amis / ses proches.
Elle enseigne le sens des responsabilités et des priorités.
Elle montre la voie pour s'accepter pleinement c'est à dire il vaut mieux se réconcilier avec sa part d'ombre plutôt que de la rejeter en reconnaissant son droit à l'échec et en maîtrisant ses émotions.





Sans ambages, le véritable bushidô de la saga réside dans le fait que nous sommes tous maîtres de notre destin !


Comme l'illustre parfaitement la fin du jeu Star Wars Jedi : Fallen Order, le héros réduisant en miettes l'holocron contenant les positions des « Enfants de la Force », et le dénouement de Star Wars VIII, ce ne sont ni les gènes ni les aptitudes qui font ce que nous sommes mais bien
nos propres choix
qui vont déterminer notre avenir et faire de nous quelqu'un de spécial.

Revenons à la prophétie de l'Élu sensé ramener l'équilibre dans la Force !

Rey l'est-elle devenue en tuant à nouveau Palpatine à la fin de l'épisode IX ? Le fantôme d'Anakin lui dit d'ailleurs : Ramène l'équilibre, Rey, comme je l'ai fait.
Seulement, Rey n'est pas née d'aucun père comme Anakin et cela ne colle donc pas à la prophétie bien que l'épisode IX ait rajouté [spoiler=]son ascendance avec Palpatine[/spoiler].
Certes "fille de personne" (de simples ferrailleurs qui l'ont abandonnée dans l'épisode VIII), elle s'est forgée à la dure sans père ni mère.
Bref les prophéties s'interprètent comme on en a envie et le sens clé derrière ces mots réside dans la capacité d'un individu ordinaire à transcender son destin en trouvant son équilibre intérieur soit sa confiance en lui-même !



De l'avis du rédacteur, c'est plutôt un personnage de l'univers étendu (U.E.) : Ahsoka Tano (The Clone Wars, Rebels, The Mandalorian ainsi qu'une future série à son nom pour 2022) qui remplit pleinement les critères du « Jedi gris » décrit dans Le Journal des Whills !





Onna-bugeisha (Femme-Samouraï) qui a énormément mûri depuis ses débuts en élève "peste" désobéissante cherchant constamment à prouver sa valeur et tenant tête à ses aînés.
Au fil des séries, elle subit plusieurs épreuves traumatisantes, des rites de passage l'obligeant à grandir : des missions particulièrement dangereuses où elle est livrée à elle-même (notamment le double épisode final de la saison 3 de The Clone Wars dans lequel elle est capturée par les redoutables Trandoshans, aussi dangereux que célèbres chasseurs), sa première « mort » dans cette même saison alors qu'elle est possédée (image 1) par une divinité du Côté Obscur ("Le Fils") lors de la saga des Fantômes de Mortis (sa deuxième mort cette fois réelle intervenant dans son duel contre Vador dans la saison 2 de Rebels (image 2)).







Trahie par ses "pères" du Conseil Jedi, qui préfèrent la bannir de l'Ordre que de lui faire confiance (final de la saison 5 de The Clone Wars (image ci-dessus)), elle erre seule dans les bas-fonds.
Là, elle se rend compte de la misère du peuple (saison 7) et de la vacuité de la guerre.
La perte de ses amis clones et l’horreur de les voir se rebeller contre leur gré (l'ultime saison) emporteront le peu qui lui reste d'innocence.
Elle enterrera dignement ses camarades pour honorer leur mémoire et leur dévouement à la République !



De la petite sœur espiègle et enthousiaste, qu'Anakin surnomme affectueusement "Chipie" à ces débuts, elle apprend des meilleurs, comprend de ses erreurs et réussit à se détacher de l’aura d'Anakin Skywalker pour devenir une femme accomplie, courageuse, déterminée, placide et paradoxalement pleine de regrets (souffrant du « syndrome du Survivant » dans Star Wars : Rebels) !
De tout l'univers Star Wars, elle est sans doute le personnage le plus lucide (notamment dans les dernières saisons) et le dernier témoin d'un âge révolu que nous détaillerons une autre fois !

Palpatine mis à part, Ahsoka est le seul personnage de Star Wars qui fait réellement la jonction entre les trois époques (prélogie, trilogie originale et postlogie) !

La série The Mandalorian, où elle apparaît à la saison 2, se déroule cinq ans après la bataille d'Endor dans Le Retour du Jedi (qui coïncide avec la fin de Rebels).

Tous les défis qu'Ahsoka rencontre la font quitter l'insouciance de l'enfance pour devenir une jedi itinérante et indépendante (équivalente au rônin), aidant son prochain et agissant selon son propre bushidô.



Dans The Clone Wars (l'ultime saison) Anakin Skywalker, son ancien maître Jedi et grand frère de cœur, lui offre deux sabres bleus pour signifier son lien avec lui et son propre maître Obi-Wan-Kenobi témoignant que même s'ils ne sont pas là, une part d'eux-mêmes sera toujours à ses côtés.
Ce cadeau ne sera que de courte durée, car elle abandonne les sabres en fin de saison, simulant sa propre mort, pour vivre dans la clandestinité (La Revanche des Sith) et mener son propre combat en participant activement à l'organisation la Rébellion sous le pseudonyme de l'informateur de l'ombre : Fulcrum.



Les sabres blancs que portent Ahsoka ont été récupérés sur des inquisiteurs qu'elle a tué et dont elle a purifié les cristaux rouges Kyber d'après le roman d'E. K. Johnston centré sur le personnage (2016), partiellement adapté dans l'ultime saison de The Clone Wars.
Cette teinture blanche symbolise sa maîtrise de la Force et son autonomie !

La fin de Rebels (cf. image ci-dessous) nous révèle une Ahsoka, revenue VIVANTE (et non en fantôme) d’entre les morts, arborant une capuche blanche et un bâton à la manière de Gandalf le Blanc dans Le Seigneur des Anneaux !

Elle devient en quelque sorte le successeur au féminin de maître Yoda.
Din Djarin, le héros de The Mandalorian, essaiera de lui confier la formation jedi de Grogu, un enfant sensible à la Force de la même espèce que le vieux maître.





La saga Star Wars n'est finalement qu'une succession « de points de vue ».
Elle n'ouvre pas qu'une mais plusieurs voies. Leur seul limite réside dans l'imaginaire des auteurs qui en retour enrichissent cet univers et lui permettent de s'étendre à l'infini en proposant au spectateur(trice) de nouveaux mondes / horizons à explorer !

La prochaine anthologie Star Wars Visions, prévue le 22 septembre, plus qu'un retour aux racines du Pays du Soleil Levant, sera justement l'occasion pour chaque studio japonais intégré au projet de raconter sa propre histoire s’inscrivant dans le monde de Star Wars un peu comme What If... (Et si...), la série Marvel en cours de diffusion sur Disney+.



A une fois prochaine !! ^^ :d

Nous te remercions ami(e) lecteur(trice) de ton soutien et ta fidélité !

N'hésites pas à liker et à partager !

Bonne rentrée à toi !

PS : Quel est ton chapitre préféré sur les cinq actes de notre fresque estivale ?



Retrouvez tous les épisodes de cette série : George Lucas et le Japon, un amour mutuel
> Épisode I : Aux origines de Star Wars, un duo mythique
> Épisode II : Les Jedis, Les samouraïs d'une autre galaxie
> Épisode III : De la princesse Leïa à Rey, l'évolution de la femme-samouraï (onna-bugeisha) : 1re partie
> Épisode IV : De la princesse Leïa à Rey, l'évolution de la femme-samouraï (onna-bugeisha) : 2ème partie
> Épisode V : Le Bushidô de maître Yoda : 1ère partie
> Épisode VI : Le Bushidô de maître Yoda : 2ème partie

Venez en discuter sur le ou sur notre serveur .
Le 05-09-2021 à 10:49:12 par : Bubu (Rédaction), Matchoss (Correction et publication)

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.