spacer Mercredi 23 août 2017 @ 15:40 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Rouge Citron Production Présente... Gankutsuou ! Entretien.
Vous avez certainement tous entendu parler de "Gankutsuou, le Comte de Monte-Cristo", la série estampillée Gonzo, basée sur le non moins célèbre roman d'Alexandre Dumas. Cet animé aura marqué tous les esprits cette année, grâce à une mise en scène originale et des graphismes somptueux.
Sachez que la diffusion TV de cette excellente série vient de commencer dimanche 4 septembre sur CinéCinéma Famiz. C'est donc l'occasion rêvée pour rapidement discuter avec le responsable des acquisitions de la société française qui a acquis les droits pour cette série sur notre territoire : Rouge Citron Production, un nom que vous avez découvert en même temps que Gankutsuou !



AnimeKa : Pourriez-vous rapidement nous présenter en quelques mots Rouge Citron Production?

Quentin Huchez : RCP a été créée par Alexandre Huchez en septembre 2000 pour produire des œuvres audiovisuelles et les distribuer, tant à la télévision qu’en DVD...
Actuellement RCP met en place une équipe percutante pour la distribution de DVD spécialisés dans les œuvres destinées à la jeunesse, aussi bien les œuvres cultes que les œuvres les plus récentes.

A : Lorsque vous achetez une série et que celle-ci est diffusée commercialement par une autre société (par exemple Déclic Images), que vous reste-t-il comme droits ? Gardez-vous un contrôle ou un droit de regard sur elle ?

Q.H : Avant avril 2005, il est vrai que nous vendions à Déclic Images les droits DVD et que nous gardions les droits TV et merchandising. Nous gardons bien sûr par contrat un contrôle complet sur elle : vérification du copyright, état des stocks, état des ventes... Généralement nous donnons toutes ces informations auprès des sociétés qui nous ont donné cette licence.

A : Votre catalogue est essentiellement composé de séries nostalgiques. Pourquoi ce choix ? Pensez-vous que les séries anciennes ont plus de potentiel ?

Q.H : Non, notre catalogue est actuellement composé de 50 % de séries nostalgiques et 50 % de nouvelles séries. Nous avons acquis la nouvelle série de Leiji Matsumoto, Galaxy Railways, et Gankutsuou, la dernière série de Gonzo, qui fait fureur dans le monde entier. Nous négocions actuellement les droits de plusieurs séries qui ont une renommée internationale.
Certes les séries nostalgiques ont déjà leur public et les générations montantes sont parfois heureuses de savoir ce qui était apprécié avant eux.



A : Quel regard portez-vous sur cette génération d'adultes (la "Génération Club Do") qui ont grandi avec l'animation japonaise (Goldorak, etc) ?

Q.H : Les adultes dont vous parlez ont permis de bouleverser les programmes de télévision : la jeunesse était totalement délaissée. Certes il y avait Casimir et Thierry la fronde. C’est mon père qui a amené Goldorak et les premiers mangas (Candy, Goldorak, Albator...). Il a du se battre pour faire reconnaître la qualité et l’intérêt de ces séries auprès des responsables des différentes chaînes.



A : Le Club Dorothée a subi les foudres des parents et des médias à une époque, pensez-vous que cette émission le méritait ?

Q.H : Non le Club Do ne méritait en aucun cas cela. Il est toujours bon qu’il y ait à une action une réaction. Ça fait avancer le schmilblik.

A : Vous avez frappé fort avec l'acquisition de Gankutsuou, pourquoi avoir choisi cette série en particulier ?

Q.H : La technique japonaise, le graphisme asiatique au service des idées d’un grand auteur comme Dumas est quand même un évènement qui n’a rien de paradoxal, au contraire. Le caractère des personnages est bien respecté. Dumas n’a pas à se retourner dans sa tombe. Les chansons, les différentes compositions musicales sont étudiées avec soin et sont enregistrées avec beaucoup de professionnalisme. J’estime que c’est un Monument dans l’histoire de l’animation mondiale.



A : Pouvez-vous nous expliquer comment se déroule une négociation pour une telle série ? Quelles sont les principales difficultés ? Quels sont les critères principaux retenus par un studio japonais pour accepter de céder des droits d'exploitation à une société étrangère ?

Q.H : Les japonais veulent connaître les réseaux de distribution en place, nos moyens marketing, les personnes qui vont s’en occuper, l’équipe, l’expérience de la société, son passé. Ils cherchent avant tout un partenaire de confiance capable de traiter les œuvres avec le respect qui leur sont dues.

A : Une sortie DVD de Gankutsuou est-elle prévue ? Si oui, quelle société les éditera ?

Q.H : Une sortie en deux box de luxe VO/VF est prévue pour le premier semestre 2006. Le nom de l’éditeur ne peut encore être révélé.

A : Avez-vous eu des contacts avec d'autres chaînes TV pour la diffusion de cette série ? est-il envisageable une diffusion sur une autre chaîne, après la fin de la diffusion actuelle sur Cinécinéma Famiz ?

Q.H : Nous avons eu aussi d’autres chaînes de TV intéressées. Mais nous n’en sommes qu’au stade des discussions.

A : Gankutsuou est une série atypique, êtes-vous confiant en son succès ?

Q.H : Nous sommes certains que sa valeur artistique ne peut être qu’être remarquée et reconnue dans un pays comme la France.

A : Selon vous, elle s'adresse à quel type de public ? Un public familial, plus jeune ou adulte ? Pourquoi ?

Q.H : Le public cible de la série reste avant tout les adolescents et les jeunes adultes, de par les thèmes et l’exploration de la noirceur humaine.

A : À titre personnel, comment avez-vous trouvé cette adaptation animée du roman Dumas ?

Q.H : Fabuleuse. Les textures, les décors, les couleurs, la mise en scène, la sensation de proximité avec les personnages, la fidélité et pourtant l’ingéniosité dans l’adaptation de l’œuvre de Dumas et dans ses thèmes m’emplissent d’admiration pour le travail de Mahiro Maeda.

A : Selon vous, quelles sont les qualités pour qu'une Version Française (voix) soit bien réussie ?

Q.H : Les voix des personnages doivent coller à l’identité des personnages sans nécessairement coller à la version originale. Il est indispensable avant tout que la version française ait sa propre identité.

A : Les japonais semblent aimer les auteurs classiques français, au vu des nombreux dessins animés inspirés par leurs œuvres (par exemple Les Misérables (1979), Les Trois Mousquetaires (1981), Le Tour Du Monde En 80 Jours (1983)), pensez-vous que c'est passé de mode ?

Q.H : Les classiques ont tous déjà été visités mais ils le seront à nouveau par la suite. C’est périodique.

A : Penseriez-vous encore un jour acquérir une nouvelle série japonaise qui se baserait aussi sur un autre classique de la littérature française, à l'instar de Gankutsuou pour le Comte de Monte Cristo ?

Q.H : Rien n’est impossible mais cela dépend avant tout du projet et de qui le réalise.

A : Étant donné vos acquisitions de Gankutsuou ou Galaxy Railways, avez-vous l'intention de continuer à vous intéresser de près aux séries récentes ?

Q.H : Nous avons de gros projets sur les excellents projets que l’on voit ces dernières années.

A : Sentez-vous concrètement un regain d'intérêt de la part des chaînes
de TV françaises pour l'animation japonaise ? À quoi est-ce dû selon vous ?


Q.H : Le mur des diffusions télévisées est en train de fléchir petit à petit. Les directeurs de programme ne restent pas insensibles sur la qualité de production.

A : Une dernière question : quelle est la chaîne de TV française qui manifeste selon vous le plus de bonne volonté pour diffuser et faire connaître la japanimation ?

Q.H : Pour l’instant, sur le hertzien, il s’agit plutôt de Canal + mais cela va changer. Sur la TNT et le câble, le programme de France 4 semble très prometteur.

Un grand Merci à Quentin Huchez pour avoir accepté de répondre à nos questions.

Gankutsuou est actuellement diffusé tous les dimanches à 20h10 sur CinéCinéma Famiz.

Lien :


Le 06-09-2005 à 16:25:01 par : GohanSSJ

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.